La Lettre d'ALC Suivez-nous !
  • Français
  • English

Les années 2000 sonnent pour ALC le début de l’accueil d’une population migrante, venue d’Afrique, de l’est de l’Europe, mais aussi d’Asie et d’Amérique du sud. Ils fuient leur pays ou cherchent des conditions de vie meilleures, ou du moins acceptables et arrivent dans les Alpes-Maritimes après un parcours long, chaotique et violent. Une fois sur place, ces femmes, enfants, parents, se retrouvent isolés, sur un territoire inconnu, vulnérables et sans repères. La mission d’ALC est de les protéger. Il s’agit aussi de soutenir leur insertion et de leur permettre de s’approprier les codes de notre culture et les principes de la citoyenneté française.

Les Centre d’accueil (CADA) et d’hébergement d’urgence (HUDA) pour demandeurs d’asile d’ALC

Le droit d’asile figure dans la Constitution française : « Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République ». Après examen, le demandeur d’asile peut obtenir le statut de réfugié ou une protection dite subsidiaire, ou être débouté.

Les CADA sont des établissements dédiés à ces femmes, hommes, familles en demande d’asile. Ils ont fui leur pays d’origine car leur sécurité y était menacée et demandent une protection à la France. Leur exil est lié à la guerre, la discrimination du fait de leur religion, opinion, différence. Plus de 30 nationalités sont représentées au centre d’accueil. Parmi eux, beaucoup d’enfants avec leurs parents.

Aux 292 places du CADA d’ALC appelé L’Olivier, s’ajoutent les Hébergements d’Urgence pour Demandeurs d’Asile (HUDA), créés en France dans les années 2000. ALC gère 175 HUDA, portant le nombre total de places d’accueil de demandeurs d’asile à 467, et 97 appartements.

Les familles sont soutenues socialement, administrativement, pour leurs problèmes de santé pendant toute la durée d’instruction. Au quotidien, l’équipe de professionnels assure la transcription du récit de la demande d’asile avec l’aide d’un interprète. Elle soutient les familles lors d’un recours devant la Cour nationale du droit d’asile. Elle intervient pour l’inscription des enfants à l’école, l’accès aux soins, les cours de français. A travers des ateliers d’information, des sorties culturelles, de moments festifs des temps des partage cosmopolites sont organisés où chacun va pouvoir côtoyer l’autre.

Cette mission prend fin à la fin du délai de recours contre la décision de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides ou de la décision de la Cour Nationale du Droit d’Asile.

CADA L’olivier

10 Avenue Pierre Isnard – Espace Icardo Bât B, 06000 NICE (adresse postale : BP 3214 06204 Nice cédex 3)

Tél. : 04 93 72 46 20 / E-mail : CADAHUDALOlivier@association-alc.org

Documents utiles pour les demandeurs d’asile en France

Guide du demandeur d’asile en France

Site de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides OFPRA

Site de la Cour Nationale du Droit d’Asile CNDA

467 

personnes peuvent être accueillies en même temps

259 

enfants accueillis en 2020

97 

appartements

financeur, l’Etat + 1 subvention de la Fondation Bruneau

Au service du Cèdre bleu
Au service du Cèdre bleu

Protéger les enfants migrants (Mineurs Non Accompagnés)

Nous protégeons les enfants migrants au sein de nos établissements pour Mineurs Non Accompagnés (MNA). Cette dénomination administrative désigne des enfants, qui arrivent en France de pays étrangers, sans famille ni représentant légal. Certains étaient en danger dans leur pays à cause d’une guerre, d’un conflit ethnique, d’un régime liberticide, de persécutions. D’autres ont été mandatés par leur famille afin de poursuivre des études ou d’apprendre un métier dans un autre pays. Ils ont en commun d’avoir parcouru des milliers de kilomètres, affronté de multiples périls. Ils ont été confrontés à la violence, la torture, parfois la solitude et la faim avant arriver en France.

Pour les soutenir, ALC a ouvert 3 établissements : le premier en 2018 à Nice, deux autres autour d’Antibes et du bassin cannois en 2019. Tous relèvent de la protection de l’enfance. Chaque établissement accueille jusqu’à 48 jeunes en même temps, de 16 à 18 ans, et les héberge dans des appartements partagés.

S’ils sont protégés jusqu’à leurs 18 ans par l’aide sociale à l’enfance, leur avenir au-delà devient incertain. Alors les équipes travaillent à la régularisation de leur situation à la majorité. Elles activent toutes les solutions pour leur trouver une solution de logement à la sortie.

Ces adolescents veulent par-dessus tout trouver un emploi, synonyme d’insertion et d’autonomie financière. Ils s’engagent souvent dans un cursus d’apprentissage professionnel (boulangerie, BTP, restauration, etc.). L’équipe les aide à définir leur projet professionnel, à trouver stages et employeurs. Des cours de français ou d’alphabétisation sont dispensés.

Et pour pouvoir s’insérer, il leur reste à découvrir leur pays d’accueil. Au menu :  sorties accompagnées afin de découvrir la région, la culture, les règles. Sans oublier des moments conviviaux autour d’un repas, d’un film ou d’un bowling.

Au service de l'Amandier
Au service de l'Amandier

Le Figuier

16 Avenue Notre Dame – Palais Bréa, 06000 NICE

Tél. : 04.92.14.55.14 / E-mail : centrelefiguier@association-alc.org

Les Amandiers

9 bis rue de la Libération, 06150 Cannes La Bocca

Le Cèdre Bleu

7 place Amiral Barnaud, 06600 Antibes

 

187 

adolescents migrants protégés en 2020

équipes de 6 à 7 personnes

155 

jeunes en apprentissage en 2020

financeur, le Département des Alpes-Maritimes

 

Nos actions d'insertion par la santé

En savoir plus sur nos actions d’insertion par l’accès aux soins et à la santé

Ricochets : soutien psychique pour les personnes migrantes

La plupart des migrants a rejoint les Alpes-Maritimes par la route de la Méditerranée Centrale, passant par la Libye. Ils y ont été exposés à la violence, aux mauvais traitements, à la traite des êtres humains. Préoccupés avant tout par l’issue de leur procédure administrative, ils font face aux difficultés liées à l’exil et à des conditions de vie précaires. Coincés entre un passé traumatique et un futur incertain, ils relèguent au second plan leur souffrance psychique.

Pourtant, nous sommes souvent témoins d’une souffrance très grande : syndromes post-traumatiques, dépressions, conduites de dépendance, perceptions de la réalité altérée, maladies somatiques très graves. Cette souffrance met en lumière l’intrication entre les problématiques de santé psychique, de précarité et d’exil.

Le dispositif Ricochets d’ALC s’ouvre à 150 adultes et enfants accueillis dans nos services.

Des activités collectives sont proposées par les psychologues et des intervenants extérieurs : ateliers créatifs, d’information sur la vie en France, sur la parentalité,. Ces ateliers sont, pour les personnes migrantes réticentes à voir un psychologue, une porte d’entrée vers le soin psychique. Ils pourront alors être soutenus au travers de thérapies courtes, réalisées par un psychologue, spécialisé dans les problématiques de l’exil. Cet accompagnement thérapeutique intervient dans un accompagnement global, social et juridique. Un dialogue avec les acteurs du soin des Alpes-Maritimes (hôpitaux, psychiatres en ville, centres médicaux psychologiques) se tient au quotidien.

En parallèle, un pôle-ressource, autour d’une démarche de recherche-action se structure. L’objectif est de soutenir la démarche thérapeutique, sa mise en perspective, et la diffusion de la connaissance développée.

Dispositif Ricochets

28 boulevard Joseph Garnier, 06000 Nice

Tél. : 06 24 39 29 16

100 à 150 

personnes pourraient être soutenues en 2021

2020 

année de lancement

financeurs (Fondation de France, ARS, autofinancement ALC)